Sanitaire/Social/Culture

Directeur de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités de Mayotte

  • CDD
  • Mayotte

DEETS MAYOTTE

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043631202

L’emploi fonctionnel de directeur de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (DEETS) de Mayotte sera prochainement vacant.
Il s’agit d’un emploi de direction de l’administration territoriale de l’Etat (DATE), relevant des dispositions du décret n° 2019-1594 du 31 décembre 2019 relatif aux emplois de direction de l’Etat.
Il est classé en groupe II.
La résidence administrative de l’emploi à pourvoir est fixé au siège de la DREETS situé à Mamoudzou (976).

Missions principales de la direction

Aux termes de l’article 1er du décret n° 2020-1545 du 9 décembre 2020 qui les crée, les DEETS constituent les services déconcentrés communs aux ministres chargés de l’économie et des finances, du travail et de l’emploi et de la cohésion sociale. Elles doivent notamment contribuer à la mise en œuvre de la stratégie gouvernementale de lutte contre la pauvreté en se dotant des moyens d’accompagner les personnes en difficulté, de l’hébergement d’urgence à l’insertion par l’activité économique et à l’emploi.
La DEETS est placée sous l’autorité du préfet et, pour les missions relatives au système d’inspection du travail, sous celle du directeur général du travail.
La DEETS est chargée :

– de la politique du travail et des actions d’inspection de la législation du travail ;
– des actions de contrôle du bon fonctionnement des marchés et des relations commerciales entre entreprises, de protection économique des consommateurs et de sécurité des consommateurs ainsi que des actions de contrôle dans le domaine de la métrologie légale ;
– des actions de mise en œuvre de la politique économique et sociale, dans les domaines de l’emploi, du développement des entreprises et notamment dans l’innovation et de la compétitivité de l’industrie, du marché du travail, de la formation professionnelle continue, de l’apprentissage, des mutations économiques, ainsi que celles conduites dans les domaines de l’intelligence économique et de la sécurité économique ;
– du pilotage et de la coordination des politiques sociales et de leur mise en œuvre, notamment les actions visant à mobiliser et coordonner les acteurs de l’insertion sociale et professionnelle et du monde économique sur le parcours des personnes les plus éloignées du marché du travail, la prévention et la lutte contre les exclusions, de la protection des personnes les plus vulnérables et notamment des primo-arrivants, de l’accès à l’hébergement et au logement des personnes en situation d’exclusion, de la promotion de l’accès à l’autonomie et à l’intégration sociale des personnes handicapées, du volet économique et social de la politique de la ville, de la prévention et la lutte contre les discriminations, de la promotion de l’égalité des chances, de la formation et la certification dans le domaine des professions sociales, et des professions de santé non médicales.

Ces missions sont réparties entre quatre pôles :

– un directeur régional délégué ;
– pôle politique du travail ;
– pôle concurrence, consommation, répression des fraudes et métrologie ;
– pôle entreprises, emploi, compétences ;
– pôle chargé de la solidarité et insertion .

Elle comporte deux unités de contrôle d’inspection du travail dont une unité régionale lutte contre le travail illégal .
Grâce à l’observation, l’analyse et l’évaluation des politiques publiques susmentionnées qu’elle conduit, la DEETS apporte des éléments tant au préfet pour éclairer la situation économique, outre un appui grâce à son expertise métier, notamment en matière de contrôle et d’inspection des établissements et services sociaux.
Elle assure le pilotage, l’animation et la coordination des politiques publiques qui lui sont confiées.
Outre leurs liens avec les différents services déconcentrés de l’Etat et les opérateurs, elle est appelée à travailler avec de nombreux acteurs sur le terrain.

Environnement professionnel

Le directeur des entreprises, de l’emploi, du travail et des solidarités est chargé, d’une part, et des pouvoirs d’enquête et d’investigation exercés sous le contrôle de l’autorité judiciaire, d’autre part – du pilotage et de la mise en œuvre des politiques susmentionnées. Il lui appartient de veiller à la bonne mise en œuvre des priorités gouvernementales de chacune de ces politiques notamment en terme d’inclusion sociale des personnes les plus éloignées de l’emploi.
Il veille à la bonne intégration et à la transversalité des différentes fonctions exercées au sein de la DEETS entre les pôles. Il veille à la qualité de l’expertise appuyant la mise en œuvre des politiques publiques.
Il a autorité sur l’ensemble des agents affectés au sein de la direction ainsi que sur tous les agents affectés au système d’inspection du travail.
Le directeur dispose de pouvoirs propres qui lui sont conférés par des textes règlementaires.

Compétences recherchées, nature et niveau d’expériences professionnelles attendues

Le candidat ou la candidate devra disposer d’une expérience professionnelle solide et diversifiée intégrant en particulier :

– une expérience avérée en matière d’organisation d’une direction, de management d’équipes pluridisciplinaires et interministérielles en favorisant les synergies et les valeurs ajoutées collectives des équipes et en mobilisant en interne une expertise fiable, de pilotage stratégique et de coordination de l’activité de services aux compétences variées ;
– une expérience de conduite du dialogue social interne en veillant au bon fonctionnement des institutions représentatives du personnel ;
– une expérience de déclinaison territoriale de politiques publiques ;
– une expérience de conduite du changement, de travail en mode projet, de management du changement.

Les compétences suivantes sont attendues :

– une forte capacité à donner du sens à l’action, à impulser, conduire et fédérer les équipes autour de projets, à créer un état d’esprit collectif, à responsabiliser les agents et valoriser leurs réalisations, – une capacité, au côté du préfet de région, à impulser et à animer la concertation avec les divers partenaires qui concourent localement à la mise en œuvre des politiques publiques ;
– la capacité à conduire des négociations de niveau expert avec des décideurs publics ou privés, à représenter l’Etat et à gérer des crises ou situations complexes en environnement sensible ;
– des qualités relationnelles, de communication, un sens du dialogue et de la négociation et une ouverture d’esprit ;
– une réelle capacité d’analyse, de synthèse, d’anticipation, et de réactivité.

Ce poste requiert une réelle disponibilité.
En outre, une bonne connaissance des politiques publiques à mettre en œuvre est souhaitée.
Enfin, le candidat ou la candidate doit remplir les conditions statutaires posées par le décret susmentionné du 31 décembre 2019 relatif aux emplois de direction de l’Etat.

Conditions d’accès à l’emploi

Les conditions d’emploi sont fixées aux articles 11 à 16 du décret susmentionné du 31 décembre 2019.
La durée d’occupation de cet emploi est de quatre ans, renouvelable une fois dans la limite de six ans. En application de l’article 13 du décret du 31 décembre 2019 susmentionné, la période probatoire est fixée à quatre mois.
La rémunération brute annuelle dépend de l’expérience du titulaire de l’emploi. Elle comprend une part fixe comprise entre 85 000 € et 105 000 € brut par an. Un complément indemnitaire annuel sera également versé sous réserve de la manière de servir au cours de l’année N-1 et des résultats de l’exercice ministériel d’harmonisation.
Procédure de recrutement :
La procédure de recrutement se déroule selon les modalités fixées par les articles 3 à 10 du décret du 31 décembre 2019 susmentionné.
Envoi des candidatures :
Les candidatures, accompagnées d’un curriculum vitae, d’une lettre de motivation comportant les éléments permettant d’apprécier la bonne adéquation entre le parcours professionnel, les compétences et le niveau d’expérience du candidat, doivent être adressées, dans un délai de trente jours à compter de la date de publication du présent avis au Journal officiel, sous couvert de la voie hiérarchique au secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales, uniquement et impérativement, par voie électronique à l’adresse suivante : sgmcas-pole-ts-rh@sg.social.gouv.fr.
Pour les fonctionnaires, les candidatures sont accompagnées d’un état des services ; Pour les cadres n’ayant pas la qualité de fonctionnaire, les candidatures sont accompagnées de documents attestant de l’occupation effective des emplois mentionnés dans le curriculum vitae et permettant d’apprécier le niveau de responsabilité des emplois précédemment occupés. Ils doivent être en capacité de justifier d’au moins six années d’activités professionnelles diversifiées les qualifiant particulièrement pour l’exercice de fonctions supérieures de direction, d’encadrement ou d’expertise.
Recevabilité des candidatures :
Le pôle travail et solidarités du secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales procède à l’examen de la recevabilité des candidatures, en accuse réception et informe les candidats non éligibles.
Examen des candidatures :
L’examen préalable et la présélection des candidatures sont confiés à une instance collégiale au sein de laquelle siègent les directions d’administration centrale concernées des ministères chargés de l’économie et des finances, du travail et de l’emploi et de la cohésion sociale. L’avis du préfet de région est recueilli avant toute nomination.
Formation :
Les personnes n’ayant pas la qualité de fonctionnaire suivront un module spécifique relatif aux obligations des agents en matière de déontologie, à l’organisation et au fonctionnement des services publics ainsi qu’à la gestion des ressources humaines dans la fonction publique.

Déontologie

Conformément à l’article 2 du décret n° 2016-1967 modifié du 28 décembre 2016 relatif à l’obligation de transmission d’une déclaration d’intérêts prévue à l’article 25 ter de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, l’accès à cet emploi est soumis au dépôt d’une déclaration d’intérêts préalablement à la nomination et à une déclaration de situation patrimoniale à déposer auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique ( https://www.hatvp.fr/consulter-les-declarations/).
Le formulaire de la déclaration d’intérêts prévue par la circulaire du 4 décembre 2018 relative à l’obligation de transmission d’une déclaration d’intérêts dans la fonction publique de l’Etat peut être téléchargé à l’adresse suivante : http://circulaires.legifrance.gouv.fr/pdf/2018/12/cir_44142.pdf. Ce formulaire sera demandé par l’autorité de recrutement au candidat retenu préalablement à sa nomination.
Pour les personnes ayant exercé une activité dans le secteur privé au cours des trois dernières années qui précèdent la nomination sur cet emploi, un contrôle de la compatibilité de cette activité avec les fonctions exercées sera effectué préalablement à la nomination par l’autorité de recrutement qui pourra, le cas échéant, saisir pour avis, préalablement à sa décision, le référent déontologue du ministère ou la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, en application du IV de l’article 25 octies de la loi du 13 juillet 1983.

Personne à contacter

Mme Corinne CREVOT, chargée de mission RH au pôle travail et solidarités du secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales ( corinne.crevot@sg.social.gouv.fr ; 01-44-38-37-23).
La DEETS regroupant des services déconcentrés communs à plusieurs ministères, cet avis de vacance est également publié dans le présent Journal officiel sous le timbre du ministère du travail, de l’emploi et de l’insertion.

Pour postuler, envoyez votre CV et votre lettre de motivation par e-mail à sgmcas-pole-ts-rh@sg.social.gouv.fr